Question of the Day. Day Three.

Describe in one sentence your personal encounter as a hybrid and where.

Angelina: I feel like a hybrid when I had my first audition. I met different people with different cultures.

Benso: I had an awakening of a new me that I never knew existed in an improvised scene in a theatre production.

Alicia: Being in kindergarten and realizing you are different although you don’t feelvit.

Jeneral: Struggle for passage, at the Mali boarder as a result of different languages made me feel like a hybrid.


David: In Paris as a child speaking to people and they did not understand me.

Jack: At school talking to my white teacher telling me I talk like a white person.

Sena: It was a moment of a cultural exchange in Ouagadougou in the form of language and food.

Bella: An argument in a bus about fashion opened my eye to the realization that I think differently.

Tim: At home playing police and thief in the garden, realizing that I am able to bring joy but also hurt others.

Tyshea: When I was in my Mama’s place in Fulda, her boyfriend showing me proudly his latest tablet calling it hybrid.

Décrivez votre expérience personnelle de l’hybridité et où.

Bibata: L’hybridité est un nouveau mot pour moi, la première fois de l’entendre c’est dans le projet framewalk avec Kettly Noël.

Moise: J’ai eu à faire beaucoup d’échange et faire d’autres activités telles que la danse, la musique et le théâtre. Mon expérience de l’hybridité est dans la tête (esprit).

Mariam: J’ai eu une expérience émotionnelle de l’hybridité dans un festival.

Eric: L’hybridité est le tiers espace qui rend possible l’émergence d’autres positions. L’hybridité culturelle donne naissance à quelque chose de différent, quelque chose de neuf que l’on ne peut reconnaitre.

Ahmadou: J’ai rencontré l’hybridité pour la première fois dans la nature. Les femmes sur l’horizon s’habillaient bizarrement et ça stipule la réflexion.

Mahamadou: La plupart des gens autour de moi sont hybride, je suis hybride, mon père est Peulh, ma mère est Soninké, je suis le fruit de leur mariage, aujourd’hui je ne compose pas avec le groupe ethnique de mon père, ni celui de ma mère. Je suis dans un milieu Bambara donc je parle Bambana. Mon hybridité je l’ai dans l’espace.

Hadja: J’ai vécu cette expérience toute ma vie par mon origine, par le mangé, l’habillement, etc. Je suis une fille hybride.

Youssouf: L’hybridité  m’a permis d’avoir plusieurs relations  et renforcé ma connaissance du monde. Elle m’a aussi permis de garder l’expérience de l’autre et de moe même. C’est très important cela doit continuer.

Kadidja: Mon expérience personnelle de l’hybridité entant qu’hybride a été la rencontre avec diffèrent danseurs. Je devrait apprendre leur culture, nous nous sommes mis ensemble pour former plusieurs identités !

Abdoulaye: Mon expérience de l’hybridité a été que j’ai fait des échanges. Mon expérience est dans mon esprit.

Aly: J’ai rencontré un ami de l’hybridité, il s’appelle Tim, il vient de l’Allemagne, on a fait la dance, le théâtre et la musique ensemble.

Gaoussou: L’hybridité m’a apporté une amitié avec une Sénégalaise qui ne parlait pas ma langue et moi non plus la sienne. J’ai vécu l’hybridité pour la première fois au Sénégal.
Levi: C’est le mixage ou le brassage entre les différents éléments de la vie. On la trouve dans tous les domaines de la vie.

Elisée: C’est mon histoire car moi je suis issu d’un métissage Peulh et Bwa, mon père est Peulh et ma mère est Bwa.

Aichata: L’hybridité m’a permis de me faire beaucoup d’amis et je l’ai vécu dans un centre d’écoute.

Yacouba: J’ai été hybride quand j’ai été dans la rue, j’ai connu plusieurs choses.

Ibrahim: Je me rappelle quand j’ai été hybride pour la première fois, je suis monté sur scène dans une école de danse traditionnelle et moderne (maison des arts).

Kommentare sind deaktiviert.